dimanche 19 avril 2009

Un long chemin

Il y a une tendance que j'ai remarquée chez de nombreuses personnes à ne pas reconnaitre l'importance du temps qu'ils ont mis pour arriver au stade de reflexion où ils sont. Leurs idées sont souvent le résultat de plusieurs années de maturation et de divers évènements, rencontres, lectures et autre mais ils voudraient convaincre instantanément de la justesse de leur position. Je comprend qu'il soit frustrant de voir les autres ne pas accepter ce qui semble à chacun être évident une fois bien assimilé mais il faut prendre conscience du temps que l'on a soit-même mis pour y arriver.

Les seuls solutions pour faire venir quelqu'un d'autre à ces idées est d'une part d'admettre que s'il y vient ce sera par son propre chemin à son rythme et d'autre part de se remémorer les étapes parcourues pour se mettre à niveau d'argumentation adapté.

Paradoxalement, on trouve encore cette attitude chez ceux qui ont longtemps défendu une certaine vision des choses avant d'évoluer et de reprocher à celui qui a gardé ces mêmes positions. Avant de mépriser ceux qui ne sont convaincus par ce qui nous semble actuelement la vérité, n'oublions pas que d'autres ont le même sentiment vis-à-vis de nous (et ce, sans sombrer dans le relativisme).

J'ai noté cette attitude notament sur les questions techniques dans mon milieu professionel ainsi dans les débats politiques.

1 commentaire:

Virginie Ngo a dit…

C'est amusant car je pense régulièrement à ce genre de problématiques et pourtant je dois avouer qu'il y a des sujets où les choses me semblent tellement évidentes que j'ai du mal à comprendre que cela ne saute pas aux yeux des autres.

Cela pose le problème du "Je ne vois pas pourquoi je serais plus intelligent qu'un autre", pourquoi certaines choses qui nous sautent aux yeux ne sont pas aussi évidentes pour les autres?